informations quotidiennes

Darwin Nunez : l’attaquant de Benfica recherché par Barcelone qui pourrait revenir hanter les Catalans


Darwin Nunez (à droite) a marqué deux fois contre Barcelone lors de sa première rencontre en Ligue des champions cette saison

Barcelone accueille Benfica mardi sachant qu’ils doivent éviter la défaite pour s’assurer que leurs espoirs d’atteindre les huitièmes de finale de la Ligue des champions restent entre leurs mains.

C’est un problème, cependant, qui aurait pu être évité si le conseil d’administration du club avait pu tenir compte des conseils de leur ancien attaquant Luis Suarez.

Alors que Darwin jouait toujours pour Almeria en deuxième division espagnole, Suarez a exhorté la hiérarchie du Barça à signer son compatriote.

« J’ai 15 ans d’expérience internationale, donc je connais une chose ou deux sur les attaquants », a révélé Suarez. « Et je leur ai dit ‘faites attention à celui-ci, il est très bon, il a des choses très intéressantes’. »

Barcelone a fait pression pour un accord. Mais au milieu de la crise financière à laquelle le club est toujours confronté, ils n’ont finalement pas pu parvenir à un accord et ont vu Benfica dépenser des frais de transfert record de 24 millions d’euros (20 millions de livres sterling) pour emmener l’attaquant à Lisbonne en septembre 2020.

« Barcelone, en effet, a montré un fort intérêt pour Darwin. Nous avons discuté de la façon dont l’opération se déroulerait et l’avons décrite, mais ils traversaient déjà une période difficile à l’époque et cela compliquait les choses », a expliqué le directeur sportif d’Almeria, Joao Goncalves, à BBC Sport.

« Je suis convaincu que, si ces pourparlers avaient eu lieu dans une période moins mouvementée pour eux, il aurait déménagé à Barcelone.

« Ce qui était sur la table, c’était la possibilité qu’ils signent Darwin et le laissent avec nous en prêt pour une autre saison. Un peu comme ils l’avaient fait auparavant avec Pedri à Las Palmas. »

Cependant, rien de tout cela ne s’est matérialisé, et maintenant, le joueur de 22 ans se rendra pour la première fois au Camp Nou avec la chance de les hanter à nouveau.

‘Non, tu ne prends pas mon autre fils’

Pour quelqu’un qui a grandi à la frontière brésilienne dans la petite ville d’Artigas et qui craignait, pendant une grande partie de son enfance, qu’une crue d’une rivière détruise sa maison, jouer à Barcelone n’est pas du tout une pression.

Malgré les luttes que l’humble famille Nunez a vécues, ils sont toujours restés ensemble.

Le premier d’entre eux à quitter la maison était le fils aîné, Junior, qui a impressionné la centrale uruguayenne Penarol et a emballé ses affaires dans la capitale Montevideo après que l’ancien international Jose Perdomo soit venu le chercher.

L’ancien milieu de terrain, qui a joué quatre fois pour Coventry City en 1990 et a passé des périodes avec Gênes et le Real Betis, a travaillé comme éclaireur couvrant le nord du pays pour son ancien club Penarol. Perdomo se souvient avoir plaisanté en disant que, quelques années plus tard, il serait également de retour pour leur plus jeune fils, Darwin.

Il ne plaisantait pas, même si les choses n’étaient finalement pas aussi simples qu’il l’avait espéré.

« Quand il a eu 13 ans, j’ai repris contact avec le père [Bibiano Nunez] d’amener Darwin à Penarol et il a accepté », se souvient Perdomo.

« Mais alors, quand je suis arrivé à Artigas, la mère [Silvia Ribeiro] était là et m’a dit : « Perdomo, tu m’as déjà pris Junior, mais Darwin, non, tu ne prendras pas. Attendons encore un peu car il est encore trop jeune et je ne veux pas le perdre. Junior me manque déjà beaucoup.

« C’était une situation très difficile. Il a fallu trois, quatre mois pour convaincre la mère. Et quand on l’a finalement fait, on peut dire qu’elle n’était pas très amicale avec moi. Elle s’est mise très en colère. »

Darwin est arrivé à Penarol en 2013 et a rapidement gravi les échelons du club. En 2015, à l’âge de 16 ans, il participe pour la première fois à une séance d’entraînement en équipe senior. Il n’aurait pas pu être plus heureux.

« Il n’a pas de plafond »

C’était trop beau pour être vrai, cependant.

Début 2017, il a été contraint de se faire opérer du ligament croisé et a été mis à l’écart pendant un an et demi. Ce fut un coup dur et l’a même amené à envisager de se retirer du football.

Cependant, sa famille et ses collègues se sont tenus à ses côtés et, en 2018, il est donc revenu à temps pour s’assurer une place dans le championnat sud-américain des moins de 20 ans l’année suivante.

Ses performances au Chili ont été énormément critiquées sur les réseaux sociaux, ce qui est devenu un problème pour Darwin, qui a pris conseil auprès du psychologue de l’équipe. À partir de ce moment-là, il a cessé de vérifier son téléphone après les matchs.

Malgré cela, il a quand même réussi à se faire remarquer d’Almeria. Les Espagnols avaient besoin d’un jeune attaquant et ont décidé de parier sur lui, en payant 8 millions d’euros à Penarol en 2019. Il a été un succès instantané, marquant 16 buts lors de sa première et unique saison pour le club.

« C’était une question de timing – peut-être que si nous étions allés chercher Darwin six mois plus tard, nous n’aurions pas pu l’acheter », a déclaré Gonçalves.

« Heureusement, nous l’avons fait à un moment où il commençait à marquer à Penarol, mais n’était pas devenu une certitude. Même s’il n’avait pas bien fait pour les moins de 20 ans, nous pensions qu’il avait quelque chose de spécial et ont été récompensés pour cela.

« Quand il est parti pour Benfica, nous nous demandions tous comment il se comporterait dans des circonstances normales. S’il faisait ce qu’il a fait dans un contexte de pandémie, imaginez de quoi il est capable. »

Perdomo partage le même enthousiasme qu’il a ajouté : « Si vous considérez Diego Forlan, Edinson Cavani et Suarez, ils ont tous des caractéristiques différentes, donc je ne pense pas que vous puissiez les comparer.

« Ce qui m’excite vraiment chez Darwin, c’est que je pense qu’il a encore beaucoup à faire évoluer, il n’a pas de plafond. C’est le futur numéro neuf de l’Uruguay. »



Laisser un commentaire