informations quotidiennes

Lewis Hamilton se rapproche de Max Verstappen en titre avec une victoire au Grand Prix du Qatar


Lewis Hamilton a remporté une confortable victoire dans le Grand Prix du Qatar pour réduire l’écart avec Max Verstappen dans leur lutte pour le championnat du monde.

Verstappen s’est battu pour terminer deuxième après une pénalité de cinq places sur la grille et a pris le point pour le tour le plus rapide.

Cette victoire réduit le déficit de Verstappen à huit points avec deux courses à disputer en Arabie saoudite et à Abu Dhabi le mois prochain.

Fernando Alonso d’Alpine a décroché une superbe troisième, son premier podium depuis le Grand Prix de Hongrie 2014.

Alonso avait essayé de repousser une charge tardive de Sergio Perez de Red Bull, mais une voiture de sécurité virtuelle tardive a mis l’endroit hors de doute.

Plus tôt, Perez était prêt à se battre pour la troisième place avec la deuxième Mercedes de Valtteri Bottas jusqu’à ce que le Finlandais subisse une crevaison juste après la mi-distance.

Et trois autres crevaisons ont créé une tension supplémentaire dans les derniers tours.

GP du Qatar
Verstappen a regagné plusieurs places dans le premier tour

Comment Hamilton a-t-il gagné ?

Après un autre week-end de controverse et de mauvaise humeur entre les deux équipes en lice pour le titre, ce fut l’une des victoires les plus faciles de Hamilton de la saison, et le septuple champion semblait avoir le rythme pour triompher, que Verstappen ait été pénalisé ou non.

Il a été constaté que le Néerlandais n’avait pas vu de drapeau jaune agité à la fin des qualifications, et bien que Red Bull ait invoqué des facteurs atténuants – que le système d’avertissement lumineux du cockpit et de la piste avait été éteint – les responsables ont déclaré qu’ils n’avaient d’autre choix que de punir lui.

La pénalité a fait chuter Verstappen à la sixième place sur la grille, mais il était quatrième à la fin du premier tour et deuxième après cinq heures.

À ce stade, la Red Bull n’avait que 3,7 secondes de retard sur Hamilton, mais le pilote Mercedes a continué à s’étirer jusqu’à ce que son avance soit de 8,2 secondes au moment où Verstappen a effectué son premier arrêt au stand au 17e tour.

Hamilton l’a suivi la prochaine fois pour sécuriser sa position et le schéma de la course a été défini.

Ils se sont à nouveau arrêtés à un tour d’intervalle aux 41e et 42e tours et le seul point encore en litige était le point du meilleur tour.

Verstappen l’avait déjà avant de faire un arrêt au stand tardif pour les pneus tendres pour être absolument sûr.

GP du Qatar
Plusieurs ex-footballeurs célèbres y ont assisté, dont l’ancien capitaine anglais David Beckham

Un carnaval de crevaisons et de tensions

Bottas a également eu une pénalité sur la grille – ses trois places seulement parce que ce n’était qu’un seul drapeau jaune qu’il a ignoré – mais alors que Verstappen a progressé au premier tour, Bottas a reculé et était 11e à la fin.

Il a peu progressé dans les premiers tours avant d’être pressé par le patron de l’équipe Toto Wolff, qui lui a dit qu’il « doit » dépasser les voitures de devant.

La course entre lui et Perez était sur le point de culminer dans les derniers tours, le Mexicain faisant son premier arrêt tôt et Bottas essayant de courir longtemps pour avoir un avantage sur les pneus dans les derniers tours.

Mais la crevaison au tour 31 a mis fin à ses espoirs et au final le Finlandais n’a même pas terminé la course, Mercedes devant abandonner la voiture avec 10 tours à faire.

Perez faisait toujours face à une lutte pour la troisième place, d’Alonso, superbe dans l’Alpine après avoir commencé troisième sur la grille après les pénalités infligées à Verstappen et Bottas.

Red Bull a opposé Perez pour un deuxième arrêt en même temps que Verstappen, avec 16 tours à faire, et l’a laissé récupérer des positions devant l’Aston Martin de Lance Stroll et l’Alpine d’Esteban Ocon – Lando Norris de McLaren était devant les deux mais a ressenti une crevaison et dénoyauté.

Perez avait 11,1 secondes de retard sur Alonso avec six tours à faire et la fermeture, et il y avait une énorme tension car Alonso roulait avec de vieux pneus et les deux pilotes Williams, George Russell et Nicholas Latifi, avaient également subi des crevaisons et Alonso devait faire le même nombre de tours comme ils l’avaient fait lorsque leurs pneus n’avaient pas atteint la fin de la course.

Une voiture de sécurité virtuelle avec deux tours à faire a donné aux pneus d’Alonso un répit supplémentaire et a également neutralisé l’écart et l’Espagnol de 40 ans, qui est revenu au sport après deux ans d’absence, a décroché son premier podium depuis le Grand Prix de Hongrie 2014.

Perez a pris la quatrième place devant la deuxième Alpine d’Esteban Ocon, l’Aston Martin de Lance Stroll et les Ferrari de Carlos Sainz et Charles Leclerc.

Norris et Sebastian Vettel d’Aston Martin ont complété les marqueurs de points dans le top 10.

Pilote du jour

Ça doit être Alonso. Une superbe cinquième en qualifications, confortablement devant son coéquipier Ocon, deuxième dans le premier tour, puis une course soigneusement gérée pour ramener l’Alpine à la troisième place sur un seul arrêt. Red Bull l’a aidé en arrêtant Perez une deuxième fois, mais un premier podium en sept ans était bien mérité.

Que se passe-t-il ensuite ?

Une pause bienvenue après trois week-ends de course consécutifs, avant un point culminant à deux reprises – un nouveau circuit en Arabie saoudite, puis une Yas Marina bien changée à Abu Dhabi.

Hamilton et Mercedes semblent solides, mais Verstappen a l’écart de points. Un décideur lors de la course finale serait le résultat populaire et cela semble aller dans cette direction.

Laisser un commentaire