informations quotidiennes

Grand Prix du Qatar : couper le Qatar et l’Arabie saoudite n’aidera pas, selon Domenicali


Écoutez l’interview de Stefano Domenicali sur 5 en direct à 21h30 GMT vendredi

Le patron de la Formule 1, Stefano Domenicali, a déclaré que les nouveaux grands prix au Qatar et en Arabie saoudite pourraient contribuer à faire progresser les droits de l’homme dans les pays.

Les États du Golfe ont été critiqués pour leur bilan en matière de droits de l’homme, mais Domenicali a fait valoir que « fermer des pays » aurait un effet négatif.

Domenicali a déclaré : « Un changement aussi important ne peut pas se produire du jour au lendemain. C’est un changement culturel qui prendra du temps.

« Mais le timing sera accéléré par le fait que de grands événements sont là. Et la Formule 1 jouera un rôle important à cet égard. »

Le Qatar organise son premier grand prix ce week-end, suivi par l’Arabie saoudite dans deux semaines, avant la fin de la saison 2021 à Abou Dhabi.

Les deux courses sont les dernières d’une série d’événements sportifs internationaux qui se dérouleront dans les pays du Moyen-Orient riches en combustibles fossiles.

Il s’agit notamment de la Coupe du monde de football au Qatar l’année prochaine et du combat pour le titre des poids lourds du boxeur Anthony Joshua avec Anthony Ruiz en Arabie saoudite en 2019.

Et le fonds souverain d’Arabie saoudite récemment a acheté l’équipe de Premier League Newcastle United.

Domenicali, qui s’exprimait dans une interview exclusive avec BBC Sport, a déclaré que les contrats de F1 avec le Qatar et l’Arabie saoudite contiennent des garanties selon lesquelles les pays doivent respecter les droits de l’homme dans tous les aspects de leur association avec le sport. S’ils ne se conforment pas, a déclaré Domenicali, la F1 a le droit de rompre son contrat avec eux.

Et il a déclaré que les pays prenaient déjà des mesures qui confirmaient leurs affirmations selon lesquelles ils souhaitaient sérieusement apporter des changements dans leurs sociétés.

« Si vous regardez de manière pragmatique ce qu’ils font, en termes par exemple de femmes, ils ont des femmes à des postes importants dans l’organisation, elles travaillent et respectent les réglementations », a déclaré Domenicali.

« Je pense que les projecteurs que nous portons seront bénéfiques pour la volonté et les souhaits de changement que manifestent ces pays.

« Je ne pense pas que fermer des pays et dire que nous ne voulons pas être là aidera la situation à s’améliorer. En fait, ce sera le contraire.

« Cela ne veut pas dire que tout est parfait, mais il est certain que ce que nous faisons et ce que nous approuvons va dans la bonne direction. »

Il a ajouté que la F1 avait installé des auditeurs indépendants pour surveiller la construction de la nouvelle piste en Arabie saoudite afin de garantir le plein respect des droits des travailleurs.

L’événement au Qatar ce week-end se déroule sur une piste existante, le circuit international de Losail à l’extérieur de Doha.

GP d'Abou Dhabi
Le crépuscule du Grand Prix d’Abu Dhabi crée une toile de fond spectaculaire

Que disent les groupes de défense des droits humains ?

Amnesty International a déclaré dans un communiqué : « Les pays riches du Moyen-Orient considèrent depuis longtemps le sport d’élite comme un moyen de renommer et de « laver le sport » de leurs images, et les courses de Grand Prix au Qatar et en Arabie saoudite s’inscrivent dans ce moule.

« Ces deux pays ont des antécédents extrêmement troublants en matière de droits humains – des mauvais traitements systémiques infligés aux travailleurs migrants par le Qatar et ses restrictions draconiennes à la liberté d’expression, à la répression radicale de l’Arabie saoudite contre les militants des droits humains et au meurtre notoire du journaliste Jamal Khashoggi.

« En utilisant le glamour et le razzmatazz de la F1 pour essayer de détourner l’attention des violations des droits humains, le Qatar et l’Arabie saoudite espèrent qu’il y aura peu ou pas de discussion sur les questions de droits humains autour de ces courses – quelque chose qui ne doit pas être autorisé à se produire.

« La F1, les pilotes et leurs équipes doivent être prêts à parler des droits de l’homme au Qatar et en Arabie saoudite avant les courses, en faisant leur part pour briser le charme du sportwashing et de sa gestion de l’image.

« En particulier, la F1 devrait s’assurer que tous les contrats pour ces courses contiennent des normes de travail strictes dans toutes les chaînes d’approvisionnement et projets de développement d’infrastructures, et ses porte-parole – de Stefano Domenicali jusqu’à – devraient user de leur influence pour faire pression en faveur d’améliorations des droits humains dans les deux pays. « 

Un communiqué du promoteur du Grand Prix d’Arabie saoudite a déclaré: « L’un des principaux objectifs de l’organisation de cet événement est de tirer parti du pouvoir de la F1 pour autonomiser tous les hommes et femmes du Royaume et de l’utiliser comme moyen de promouvoir de nouveaux progrès. pour libérer le talent et le potentiel de tous nos employés. »

Un responsable qatari a déclaré : « Comme pour d’autres événements sportifs internationaux organisés au Qatar, le partenariat avec la Formule 1 soutiendra la diversification économique, encouragera la participation locale au sport et servira de catalyseur pour accélérer les réformes.

« Le Qatar a embrassé les projecteurs qui accompagnent l’organisation d’événements sportifs internationaux et l’utilise pour apporter des changements positifs et durables. »

GP d'Arabie Saoudite
Le circuit du GP d’Arabie saoudite près de Djeddah est en construction

Les revendications de durabilité de la F1 sont-elles authentiques ?

La F1 s’est fixé pour objectif d’être à zéro carbone net d’ici 2030 et l’une des façons dont elle prévoit d’y parvenir est d’intégrer les carburants durables dans le nouvelle formule de moteur à introduire en 2026.

La compagnie pétrolière nationale d’Arabie saoudite, Aramco, sponsor corporatif de la F1, travaille avec le sport au développement de ces carburants à zéro carbone.

Le gouvernement saoudien a été accusé par des groupes environnementaux de travailler contre la consécration d’un engagement à éliminer progressivement les combustibles fossiles lors du récent sommet environnemental de la COP 26.

Mais Domencali a insisté sur le fait que l’engagement des Saoudiens envers la durabilité en F1 était réel.

« Nous avons toujours dit que nous ne croyons pas en tant que sport/entreprise que l’électrification complète est la seule réponse à la durabilité », a-t-il déclaré.

« Nous pensons que le carburant durable est la bonne voie lorsque vous savez que les moteurs à combustion interne sont [in] des milliards de voitures dans le monde qui ne peuvent pas passer à l’électrique à l’époque dont j’entends parler.

« Nous avons ce grand engagement qui permettra un drop-in [sustainable] carburant. Et je dois dire qu’Aramco travaille très dur pour trouver cette solution technique applicable dans les plus brefs délais.

« C’est quelque chose de réel et vous verrez bientôt d’autres choses qui se passeront dans notre championnat et qui sont sous notre contrôle pour montrer que nous sommes vraiment sérieux à ce sujet.

« Cela permettra au monde de comprendre qu’il s’agit d’un avenir très important lié à la durabilité. Ce sera le moyen le plus simple, le plus efficace et le plus rapide d’être durable à grande échelle. »

Tout est-il question d’argent ?

Le contrat du Qatar avec la F1 serait le plus lucratif que le sport ait jamais signé, et l’Arabie saoudite paie également l’un des frais les plus élevés pour sa course.

Mais Domenicali a nié que la F1 avait besoin de conclure ces accords en raison des pertes financières subies en 2020, lorsque la saison a été tronquée par la pandémie de coronavirus.

Il a ajouté : « L’argent fait partie de l’entreprise, et vous ne devez pas oublier que sans gros investissements, vous ne pouvez pas développer l’entreprise. C’est une chose que nous oublions parfois – les investissements que certains pays mettent dans notre entreprise seront bénéfique à tous les autres peuples et à tous les autres pays.

« Les gens investissent parce qu’ils croient en notre produit. Cela montre à quel point la plate-forme F1 est solide en ce moment. »

Les initiés disent que la F1 est sur le point de gagner plus d’argent cette année qu’en 2019. Domenicali a refusé de le confirmer, affirmant qu’étant donné qu’il s’agit d’une société cotée, il « ne peut pas anticiper les résultats ».

Il a admis que « les chiffres semblent bons », mais a déclaré que ce n’était pas uniquement à cause des frais de course.

« Le modèle économique de la F1 n’est pas seulement lié aux promoteurs », a déclaré Domenicali. « C’est lié aux droits médias, aux sponsors, aux accords de licence ; tous ces différents éléments donnent de bons résultats que nous espérons pouvoir divulguer à la fin de la saison. »

Laisser un commentaire